Logo du journal quotidien Ouest France
10
Avr

VitrumGlass transforme vos vitres en radiateurs

Emmanuel Charlot. Publié le 30/10/2017. OuestFrance

vitrumglass, vitrage chauffant,
Estelle Chollet et Manuel Dariosecq misent sur leur dispositif breveté pour faire grandir Vitrum glass

Efficace, élégant, les vitres chauffantes sont peu répandues. VitrumGlass, une petite entreprise du Mans, croit en l’avenir de cette technologie.

Aux oubliettes, les ponts thermiques ? Chez VitrumGlass, on croit aux vertus de la baie vitrée, mais d’un nouveau genre.

La société, installée près de l’université, travaille depuis 2012 au développement d’un « verre intelligent », capable de reléguer toutes les vérandas à l’époque de l’âge de pierre.

Dans un monde connecté, pourquoi le verre ne le serait pas ? L’une des applications développées par VitrumGlass se trouve dans la nouvelle cafétéria de l’abbaye de l’Épau. Deux grandes baies qui chauffent en quelques secondes, rendant inutile le moindre radiateur. Ces vitres chauffantes permettent de ne pas dénaturer la nature emblématique du site.

« Cette technologie n’est pas nouvelle et elle est largement répandue en Europe du Nord, en Allemagne ou en Belgique, nuance Manuel Dariosecq, gérant de l’entreprise. En France, le frein a peut-être été l’adaptation aux nombreuses normes. »

Vitres chauffantes

Avec trois salariés, VitrumGlass n’est pas un géant du CAC 40, mais ses animateurs croient en l’avenir parce qu’après les particuliers, l’activité intéresse maintenant l’institutionnel, collectivités, magasins, hôtels, restaurants…

Les entrepreneurs ne s’interdisent rien car les possibilités de ce type de verre sont larges. La force de VitrumGlass ? Avoir réussi à se positionner entre les verriers et les menuisiers. Ils sont très peu à maîtriser les techniques du « verre intelligent ».

Chez VitrumGlass, on a conçu un procédé nommé Smart in glass. Dans le verre, une connectique spécifique, invisible bien sûr, reliée à un « hub » de connexion, en général situé dans le tableau électrique. Ensuite, c’est l’affaire de capteurs, en liaison avec une télécommande, ou, plus pratique, à une tablette ou un smartphone.

Les vitrages peuvent même être couplés à des panneaux photovoltaïques, ou s’opacifier à la demande.

La consommation électrique, selon Manuel Dariosecq, peut être inférieure de 30 à 50 % par rapport à des radiateurs. « Quand l’isolation est défectueuse, le chauffage compense mal les ponts thermiques. »

VitrumGlass dans le futur

La société mancelle espère beaucoup d’un accord récent avec Technal, poids lourds des menuiseries en aluminium. Le fabricant toulousain, présent au salon Batimat, à Paris, présentera la technologie de Vitrum.

Cette dernière sera aussi à Villepinte, dans le hall 6, allée C, stand 0-1. Les dirigeants espèrent profiter d’un vrai coup d’accélérateur. En 2016, le salon Equipbaie-Métalexpo a primé la société.

Ce verre actif, vendu entre 500 et 600 € du m2, pourrait quand même présenter une (toute) petite faille : il est parfois tentant de poser les mains sur cette belle paroi chauffante. Si la maison regroupe des enfants, vous pouvez préparer les chiffons.

 

Article du Ouest France, à retrouver ici